NOUVÈL CHO

samedi 6 février 2021

Les organisations de la société civile haïtienne ont accusé l'ONU de soutenir un président impopulaire

 


Les organisations civiles ont accusé vendredi (05/02/2021) la mission des Nations Unies en Haïti de défendre l'impopulaire président Jovenel Moise, soutenant sa tentative de reporter les élections, bien que son mandat se termine dimanche (07/02/2021).

Le vote pour élire les députés, les sénateurs, et les autorités locales aurait dû avoir lieu en 2018, mais les élections ont été retardées.

Dans une lettre à la mission de l'ONU en Haïti, une douzaine de groupes de défense des droits de l'homme et des femmes lui ont reproché d'avoir fourni un soutien technique et logistique aux projets du président d'organiser un référendum sur la réforme constitutionnelle en avril et de quitter l'élection présidentielle et législative mais pour le la fin de l'année.

"Les Nations Unies ne devraient en aucun cas soutenir le président Jovenel Moise dans ses projets anti-démocratiques", indique la lettre.

Ces groupes affirment que, selon leur lecture de la constitution du pays des Caraïbes, le mandat du président se termine dimanche. Moïse et ses partisans affirment qu'il a encore un an au pouvoir.

Le conseil électoral qui a fixé les dates de tous ces votes a été indiqué unilatéralement par le président. Ses membres n'ont pas été emprisonnés par un tribunal comme l'exige la loi.

Le crime - et si cela empêchera un choix approprié - est une autre préoccupation majeure dans l'esprit des gens.

Ces derniers mois, Haïti a connu une résurgence des plans de sauvetage, qui ciblent sans discrimination à la fois les riches et la majorité vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Les enlèvements et la domination des bandes armées dans diverses zones de la capitale Port-au-Prince et dans les provinces constituent des menaces pour la sécurité des élections.

La mission politique des Nations Unies dans le pays, appelée Bureau intégré des Nations Unies en Haïti, est opérationnelle depuis octobre 2019.

L'ONU affirme que sa mission est de conseiller le gouvernement sur la promotion et le renforcement de la stabilité politique, de la bonne gouvernance et de l'état de droit.

La lettre publiée ce vendredi était cependant forte dans sa critique de la mission. «Les violations des droits de l'homme s'intensifient. Le pays a été envahi par des bandits sous la supervision des Nations Unies, dont la mission est de promouvoir les droits de l'homme et l'état de droit et de consolider les institutions », soutient-il.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire