NOUVÈL CHO

samedi 6 février 2021

Les États-Unis demandent des sondages en Haïti mais disent que le président peut rester jusqu'en 2022

L'opposition et les militants veulent que le président haïtien impopulaire Jovenel Moise quitte ses fonctions dimanche, alors que la tourmente politique s'intensifie. Les États-Unis ont accepté la prétention impopulaire du président haïtien Jovenel Moise de conserver le pouvoir pendant une autre année, mais ont appelé à la retenue et à de nouvelles élections.

Moise gouverne sans aucun contrôle sur son pouvoir depuis un an et dit qu'il reste président jusqu'au 7 février 2022 - dans une interprétation de la Constitution rejetée par l'opposition qui a mené des manifestations qui affirment que ce mandat se termine dimanche."Nous avons exhorté le gouvernement d'Haïti à organiser des élections législatives libres et équitables afin que le Parlement puisse reprendre son rôle légitime", a déclaré le porte-parole du département d'Etat Ned Price aux journalistes à Washington.

Conformément à la position de l'Organisation des États américains, les États-Unis estiment qu '«un président nouvellement élu devrait succéder au président Moses lorsque son mandat se terminera le 7 février 2022», a déclaré Price.

Mais les États-Unis, qui sont le plus grand donateur d’Haïti, ont averti que le gouvernement devrait faire preuve de retenue jusqu’à la tenue des élections.

Les décrets devraient être réservés au «pouvoir de programmer des élections législatives et aux menaces immédiates pour la vie, la santé et la sécurité jusqu'à ce que le Parlement soit rétabli et puisse reprendre ses responsabilités constitutionnelles», a déclaré Price.

Le vote pour élire les députés, les sénateurs, les maires et les responsables locaux aurait dû avoir lieu en 2018, mais le scrutin a été retardé, déclenchant le vide dans lequel Moise dit qu'il a le droit de rester encore un an.

Colère de la société civile

Dans une lettre à la mission de l'ONU en Haïti, une douzaine de groupes de défense des droits de l'homme et des femmes ont reproché à la mission de fournir un soutien technique et logistique aux projets du président de tenir un référendum sur la réforme constitutionnelle en avril, puis des élections présidentielles et législatives plus tard dans le an.

"Les Nations Unies ne doivent en aucun cas soutenir le président Jovenel Moise dans ses projets anti-démocratiques", indique la lettre.

Ces groupes ont déclaré que selon leur lecture de la constitution du pays pauvre des Caraïbes, le mandat du président se terminait dimanche.

Le conseil électoral fixant les dates de tout ce vote a été désigné unilatéralement par le président. Ses membres n'ont pas été assermentés par un tribunal comme la loi l'exige ici.

La criminalité - et si elle empêchera un vote approprié - est un autre gros problème dans l’esprit des gens.

Au cours des derniers mois, Haïti a connu une recrudescence des enlèvements contre rançon qui visent sans discrimination à la fois les riches et la majorité vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Les enlèvements et la mainmise de bandes armées sur un certain nombre de zones de la capitale Port-au-Prince et des provinces sont autant de menaces pour sécuriser les élections.

La mission politique de l'ONU dans le pays, appelée Bureau intégré des Nations Unies en Haïti, ou BINUH de l'acronyme français, est opérationnelle depuis octobre 2019.

L'ONU a déclaré que sa mission était de conseiller le gouvernement sur la promotion et le renforcement de la stabilité politique, de la bonne gouvernance et de l'état de droit.

La lettre publiée vendredi était cinglante dans sa critique de la mission de l'ONU.

«Les violations des droits de l'homme s'intensifient. Le pays est devenu envahi par des gangsters sous la surveillance des Nations Unies, dont la mission est de promouvoir les droits de l'homme et l'état de droit et de consolider les institutions », indique la lettre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire