NOUVÈL CHO

Affichage des articles dont le libellé est nasyonal. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est nasyonal. Afficher tous les articles

samedi 6 février 2021

février 06, 2021

Les organisations de la société civile haïtienne ont accusé l'ONU de soutenir un président impopulaire

 


Les organisations civiles ont accusé vendredi (05/02/2021) la mission des Nations Unies en Haïti de défendre l'impopulaire président Jovenel Moise, soutenant sa tentative de reporter les élections, bien que son mandat se termine dimanche (07/02/2021).

Le vote pour élire les députés, les sénateurs, et les autorités locales aurait dû avoir lieu en 2018, mais les élections ont été retardées.

Dans une lettre à la mission de l'ONU en Haïti, une douzaine de groupes de défense des droits de l'homme et des femmes lui ont reproché d'avoir fourni un soutien technique et logistique aux projets du président d'organiser un référendum sur la réforme constitutionnelle en avril et de quitter l'élection présidentielle et législative mais pour le la fin de l'année.

"Les Nations Unies ne devraient en aucun cas soutenir le président Jovenel Moise dans ses projets anti-démocratiques", indique la lettre.

Ces groupes affirment que, selon leur lecture de la constitution du pays des Caraïbes, le mandat du président se termine dimanche. Moïse et ses partisans affirment qu'il a encore un an au pouvoir.

Le conseil électoral qui a fixé les dates de tous ces votes a été indiqué unilatéralement par le président. Ses membres n'ont pas été emprisonnés par un tribunal comme l'exige la loi.

Le crime - et si cela empêchera un choix approprié - est une autre préoccupation majeure dans l'esprit des gens.

Ces derniers mois, Haïti a connu une résurgence des plans de sauvetage, qui ciblent sans discrimination à la fois les riches et la majorité vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Les enlèvements et la domination des bandes armées dans diverses zones de la capitale Port-au-Prince et dans les provinces constituent des menaces pour la sécurité des élections.

La mission politique des Nations Unies dans le pays, appelée Bureau intégré des Nations Unies en Haïti, est opérationnelle depuis octobre 2019.

L'ONU affirme que sa mission est de conseiller le gouvernement sur la promotion et le renforcement de la stabilité politique, de la bonne gouvernance et de l'état de droit.

La lettre publiée ce vendredi était cependant forte dans sa critique de la mission. «Les violations des droits de l'homme s'intensifient. Le pays a été envahi par des bandits sous la supervision des Nations Unies, dont la mission est de promouvoir les droits de l'homme et l'état de droit et de consolider les institutions », soutient-il.

février 06, 2021

Les États-Unis demandent des sondages en Haïti mais disent que le président peut rester jusqu'en 2022

L'opposition et les militants veulent que le président haïtien impopulaire Jovenel Moise quitte ses fonctions dimanche, alors que la tourmente politique s'intensifie. Les États-Unis ont accepté la prétention impopulaire du président haïtien Jovenel Moise de conserver le pouvoir pendant une autre année, mais ont appelé à la retenue et à de nouvelles élections.

Moise gouverne sans aucun contrôle sur son pouvoir depuis un an et dit qu'il reste président jusqu'au 7 février 2022 - dans une interprétation de la Constitution rejetée par l'opposition qui a mené des manifestations qui affirment que ce mandat se termine dimanche."Nous avons exhorté le gouvernement d'Haïti à organiser des élections législatives libres et équitables afin que le Parlement puisse reprendre son rôle légitime", a déclaré le porte-parole du département d'Etat Ned Price aux journalistes à Washington.

Conformément à la position de l'Organisation des États américains, les États-Unis estiment qu '«un président nouvellement élu devrait succéder au président Moses lorsque son mandat se terminera le 7 février 2022», a déclaré Price.

Mais les États-Unis, qui sont le plus grand donateur d’Haïti, ont averti que le gouvernement devrait faire preuve de retenue jusqu’à la tenue des élections.

Les décrets devraient être réservés au «pouvoir de programmer des élections législatives et aux menaces immédiates pour la vie, la santé et la sécurité jusqu'à ce que le Parlement soit rétabli et puisse reprendre ses responsabilités constitutionnelles», a déclaré Price.

Le vote pour élire les députés, les sénateurs, les maires et les responsables locaux aurait dû avoir lieu en 2018, mais le scrutin a été retardé, déclenchant le vide dans lequel Moise dit qu'il a le droit de rester encore un an.

Colère de la société civile

Dans une lettre à la mission de l'ONU en Haïti, une douzaine de groupes de défense des droits de l'homme et des femmes ont reproché à la mission de fournir un soutien technique et logistique aux projets du président de tenir un référendum sur la réforme constitutionnelle en avril, puis des élections présidentielles et législatives plus tard dans le an.

"Les Nations Unies ne doivent en aucun cas soutenir le président Jovenel Moise dans ses projets anti-démocratiques", indique la lettre.

Ces groupes ont déclaré que selon leur lecture de la constitution du pays pauvre des Caraïbes, le mandat du président se terminait dimanche.

Le conseil électoral fixant les dates de tout ce vote a été désigné unilatéralement par le président. Ses membres n'ont pas été assermentés par un tribunal comme la loi l'exige ici.

La criminalité - et si elle empêchera un vote approprié - est un autre gros problème dans l’esprit des gens.

Au cours des derniers mois, Haïti a connu une recrudescence des enlèvements contre rançon qui visent sans discrimination à la fois les riches et la majorité vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Les enlèvements et la mainmise de bandes armées sur un certain nombre de zones de la capitale Port-au-Prince et des provinces sont autant de menaces pour sécuriser les élections.

La mission politique de l'ONU dans le pays, appelée Bureau intégré des Nations Unies en Haïti, ou BINUH de l'acronyme français, est opérationnelle depuis octobre 2019.

L'ONU a déclaré que sa mission était de conseiller le gouvernement sur la promotion et le renforcement de la stabilité politique, de la bonne gouvernance et de l'état de droit.

La lettre publiée vendredi était cinglante dans sa critique de la mission de l'ONU.

«Les violations des droits de l'homme s'intensifient. Le pays est devenu envahi par des gangsters sous la surveillance des Nations Unies, dont la mission est de promouvoir les droits de l'homme et l'état de droit et de consolider les institutions », indique la lettre.

lundi 18 janvier 2021

janvier 18, 2021

Daprès yon revelasyon Nasyon zini, genyen plis pase 700 abi ak vyolasyon dwa ki gen pou wè ak lavi moun epi avèk sekirite moun nan peyi dayiti, nan manisfèstasyon yo nan lane 2018 ak 2019.

Rapò Biwo Wo-komisarya nasyonzini pou dwa moun ak Biwo Entegre Nasyon Zini an ayiti (BINUH) fè konnen, gen yon total de 698 abi ak vyolasyon dwa ki gen pou wè ak lavi moun epi avèk sekirite moun ke yo te rive konte nan plisyè manifestasyon nan lane 2019 ak 2019 sou tout teritwa nasyonal la. 


Rapò ale pi lwen pou fè konnen vyolasyon sa yo fè nan manisfestasyon ki te òganize ant 6 jiyè 2018 ak 10 desanm 2019 an ayiti.

Se yon total de 131 abi ak vyolasyon dwa ki gen pou wè ak lavi moun avèk sekirite nan manifestasyon lane 2018 yo epi 567 vyolasyon ak abi nan manifestasyon 2019 yo rapò onizyen an presize.


Dokiman Onizyen an fè konnen tou ke yo obsève, vyolasyon dwa pou moun reyini, rasanble avèk pou yo manifeste pasifikman, an plis tout vyolasyon dwa ki pou wè ak lavi epi sekirite moun yo se Polis Nasyonal Dayiti, gang avèk moun ame ke yo pa rive idantifye ki komèt yo.


Nan menm dokiman Onisyen sa a, yo fè yon analiz patikilyèman sou enpak konsekans kèk evènman lane 2018 ak 2019 yo sou libète moun genyen pou sikile, sou dwa moun pou lasante, ledikasyon, manje, epi aksè avèk lajistis. Osi byen ke sou dwa moun yo prive de libète pou yo trete yo tankou moun.


An tèm de respè dwa moun nan yon kontèks de manifestasyon, Rapò Onizyen ekjije gouvènman ayisyen an     pou anpeche repetisyon vyolasyon ak abi dwa moun, ankouraje pito lapè. agrandi espas sivik la, pou ankouraje règleman lapè nan diskisyon.


Biwo Wo-Komisarya Nasyonzini pou Dwa Moun ak Biwo entegre Nasyonzini an Ayiti a tou ensiste sou nesesite pou leta aplike tou dwa ekonomik ak sosyal popilasyon an an Ayiti.

 

 

 


janvier 18, 2021

Sit-in kont kidnapin lan ak insekirite a toujou kenbe malgre kidnapè yo lage kèk nan victim yo.


Se vre kidnapè yo libere Mike Bellot avèk Eril Dédé, 18 janvye 2020 an, malgre sa ekonomis Etzer Emile fè rapèl pou tout moun ki te konte patisipe nan sit-in kont kidnapin ak insekerite a pou yo toujou rete mobilize.


Nan sans sa a, li ankouraje popilasyon an patisipe nan sit-in ki pwograme pou 19 janvye a devan rezidans ofisyèl Premye Minis lan.


Randevou a kase a 11zè di maten nan Musseau, devan rezidans ofisyèl Prezidan Konsèy Siperyè Polis Nasyonal la, Minis Jouthe. Yon fason, pou patisipan yo nan mouvman sa a eksprime ke yo bouke ak ogmantasyon ka kidnaping ak ensekirite an Ayiti. Yon mouvman ki sipòte pa ekonomis Émile Etzer ki fè konnen si zak kidnapin lan kontinye ak afekte tout sektè nan lavi nasyonal la, li nesesè pou nou ini fòse nou epi kwape fenomèn sa a.

lundi 21 décembre 2020

décembre 21, 2020

Daprè OIM (Òganizasyon Intènasyonal pou Imigrasyon yo) Plizyè ayisyen peri pami plis pase 3 000 moun nan vwayaje pou lòt peyi pandan ane 2020 an malgre kowona viris lan ap fè raj nan mond lan.

Òganizasyon Intènasyonal pou Imigrasyon yo (OIM) rive konte e anrejistre plis pase 3 000 moun ki pèdi lavi nan vwayaje pou lòt peyi nan tout mond lan nan moman an la, anvan 2020 an fini. 


 Se vre nan tout fontyè nan mond lan gen anpil règ   pou respèkte avanw travèse yo, jis pou peyi yo ka   anpeche kowona viris la pwopaje plis, men sa pa   anpeche yon milye imigran, ladan yo gen ayisyen   kap chache yon vi meyè, pa sispann kite lakay yo   e al riske vi yo nan yon vwayaj ki ka detwi lavi yo  nan mitan lanmè. – nan karayib la pou ayisyen yo e  – nan dezè ak nan rak bwa amazòn nan.


Li klè pou nou konnen kantite moun ki peri nan jan de vwayaj sa yo pandan ane 2020 an bese pa rapò ak lòt ane ki pase yo. Men gen lòt wout nan tout wout moun yo konn pran pou yo vwayaje yo ka lanmò yo ogmante, tankou pou pi piti 593 moun te mouri sou wout lil kanari an espay jiska prezan la a an 2020, pandan sete sèlman 210 moun kite mouri an 2019 epi 45 an 2018.


Nan amerik di sid la gen yon ogmantasyon imigran ki mouri lè nap konpare ane avan yo, te gen pou pi piti 104 moun ki te peri – majorite a sete venezyelyen – pandan nan ane avan yo sete pou pi piti 40 moun ki peri.


1 773 moun peri pou pi piti sou wout pou ale an ewòp ane sa a, se wout ewòp la  ki gen plis moun ki mouri ane sa a, se depi an 2014 toujou gen plis moun ki mouri sou wout pou yo al an ewòp, se sa nou toujou konstate depi lè pwojè « Migran ki Disparèt  yo » te kòmanse ap resevwa infòmasyon sou jan de sitiyasyon sa yo.


Anviwon 318 gason, fanm ak timoun pèdi lavi yo sou fontyè etazini ak meksik, nou te konstate prezans anpil imigran ayisyen, e yon lòt bò nan sidès peyi azi, anviwon 245 lòt moun peri – majorite a sete refijye Rohingyas ki tap vwayaje sou lanmè Myanmar ak Bangladesh pou ale Malaisie, Thailande ak Indonesie – epoutan 143 ak 112 lòt moun mouri nan lanmè karayib la.


sourceCentro de Análisis de Datos Mundiales sobre la Migración de la OIM. Correo electrónico: jblack@iom.int. Teléfono: +49 30 278 778 27