NOUVÈL CHO

Affichage des articles dont le libellé est Jovenel Moïse dictature. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Jovenel Moïse dictature. Afficher tous les articles

samedi 13 février 2021

février 13, 2021

Existe-t-il une solution démocratique à la crise actuelle en Haïti?

(CNN) - Les troubles en Haïti pourraient bientôt mettre à l'épreuve le soutien des dirigeants démocratiques au président assiégé Jovenel Moise, un ancien exportateur de bananes dont la revendication d'un an de plus au pouvoir a déclenché des manifestations dans la capitale, des arrestations et la destitution brutale de plusieurs juges de la Cour suprême.


Des centaines de manifestants sont descendus dans les rues de Port-au-Prince cette semaine, avec des panaches de fumée noire provenant de pneus et de drapeaux en feu dans la capitale, ainsi que des nuages ​​blancs de gaz lacrymogène. Au moins deux journalistes ont été blessés, a déclaré un témoin à CNN.`


"J'ai entendu des gens dire que je suis un dictateur, mais je veux être clair; j'ai un mandat de cinq ans et je vais terminer mon mandat", a déclaré Moise dans un discours télévisé dimanche.


Les Nations Unies, l'Organisation des États américains et l'administration Biden soutiennent son projet de rester au pouvoir jusqu'en 2022 - mais les tentatives de Moise de mettre fin au débat au niveau national ont pris une tournure antidémocratique qui inquiète ses partisans. Lundi, Moise a ordonné le départ à la retraite de trois des dix juges de la Cour suprême, soulevant la question de savoir quels garde-fous institutionnels restent maintenant à la présidence.

Moise a gouverné par décret depuis que le mandat du parlement a expiré en janvier 2020. "Jovenel Moise a détruit toutes les institutions, du parlement au gouvernement local. Ce qu'il voulait faire est clair. Malheureusement, nous avons une communauté internationale qui ne soutient pas la lutte contre ce dictateur corrompu », a déclaré à CNN le chef de l'opposition et ancien sénateur Nenel Cassy.

Le bureau de Moise a refusé de commenter directement cette histoire, renvoyant plutôt des questions à l'ambassadeur d'Haïti aux États-Unis.

L'opposition haïtienne a appelé à un «soulèvement général» de trois jours ce week-end. Ce sera la dernière d'une succession de manifestations antigouvernementales qui ont marqué le mandat de Moise, alimentées par la colère face à l'économie en déclin d'Haïti, un scandale de corruption et une montée de la violence criminelle.


Des pneus sont incendiés lors d'une marche à Port-au-Prince le 10 février 2021 pour protester contre le gouvernement du président Jovenel Moise.


Un président accusé de démanteler la démocratie


Les institutions démocratiques d'Haïti ont été paralysées sous Moise, qui n'a pas organisé d'élections parlementaires ou locales, laissant la branche législative du gouvernement largement vacante et impuissante. Sa nouvelle ordonnance de retrait des juges de la plus haute cour d'Haïti porte désormais un coup dur au pouvoir judiciaire du pays.


Dans une interview accordée à Voice of America, Moise a accusé les trois de projets à la présidence et a déclaré que son ordre visait à empêcher la Cour de s'impliquer dans la politique. "En tant que garant des institutions, nous ne pouvons pas permettre à une institution comme la Cour suprême de s'écarter de sa mission", a-t-il déclaré.


"Le président Moise n'a pas révoqué les juges. Il leur a seulement demandé d'exercer leur droit à la retraite", a déclaré à CNN l'ambassadeur d'Haïti aux États-Unis, Bocchit Edmond.


Le juge Jean Wilner Morin, président de l'Association nationale des juges haïtiens, explique à CNN que le président n'a aucune autorité constitutionnelle pour révoquer unilatéralement un juge ou en nommer un nouveau.


"On ne peut pas révoquer un juge en cours de mandat. C'est impossible. Par conséquent, la décision de révoquer trois juges de la Cour suprême par le président de la République, l'ordre donné par le président, est une décision illégale et inconstitutionnelle."


Sans une législature qui fonctionne, cependant, qui reste-t-il pour contester cette décision?


Les États-Unis ont déclaré qu'ils surveillaient les développements. "Nous sommes profondément préoccupés par toute action qui risque de nuire aux institutions démocratiques d'Haïti. Le décret est maintenant largement examiné pour déterminer s'il est conforme à la Constitution et aux lois d'Haïti", a déclaré la mission américaine en Haïti dans un communiqué.


Des journalistes font face à des policiers armés alors qu'ils se rassemblent devant la direction départementale de la police pour porter plainte après avoir été touchés par des gaz lacrymogènes à Port-au-Prince, le 10 février 2021.


Dans l'année à venir, les critiques craignent qu'un autre coup porté à la démocratie haïtienne ne prenne la forme de changements à la constitution, que Moise considère comme son projet d'héritage. La nouvelle constitution, visant à renforcer davantage le pouvoir de la présidence, sera soumise à un référendum en avril - et ce n'est qu'après que des élections pour combler les postes parlementaires, maires et autres suivront.


"La nouvelle constitution garantira lorsqu'un président sera élu, il pourra faire le travail pour lequel il a été élu", a déclaré Moïse dans son discours de dimanche.


L'opposition politique d'Haïti a déclaré que Moise a terminé dimanche son mandat de cinq ans mandaté par la Constitution et qu'il occupe maintenant illégalement son bureau. Mais le président fait valoir qu'il mérite plus de temps car bien qu'il ait été élu en 2016, il n'a prêté serment qu'en 2017.


Une Cour constitutionnelle pourrait rendre une décision définitive à ce sujet. Le problème, comme le souligne Morin, est qu'un tel tribunal n'existe qu'en théorie.


"La constitution d'Haïti de 1987 prévoit cette cour constitutionnelle - mais elle n'a jamais été créée et c'est pourquoi aujourd'hui nous nous trouvons dans une situation où le président dit que son mandat se termine en 2022 et l'opposition politique dit qu'il se termine en 2021", dit-il.


"Si (Moise) veut rester au pouvoir, il doit trouver un consensus politique avec les autres acteurs politiques et la société civile", a-t-il ajouté.


En l'absence du tribunal, l'association nationale du barreau d'Haïti et son Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) - un organe puissant qui nomme, licencie et discipline les juges - se sont rangés du côté de l'opposition, en appelant Moise à démissionner.


Mais le gouvernement actuel rejette les critiques internes, indiquant plutôt son soutien extérieur. "C'est le problème en Haïti. ... Tout le monde pense pouvoir tout faire, mais n'écoutez pas le Barreau des Avocats", a déclaré Edmond.

La police tire des gaz lacrymogènes lors d'une marche à Port-au-Prince le 10 février 2021 pour protester contre le gouvernement du président Jovenel Moise.


La semaine dernière, le porte-parole du département d'État américain, Ned Price, a fait écho à Moise lorsqu'il a déclaré aux journalistes qu '"un nouveau président élu devrait succéder au président Moise à la fin de son mandat ... le 7 février 2022" - bien qu'en reconnaissance tacite du pays entravé la démocratie, il a également exhorté Moise à laisser les électeurs choisir un parlement et à «faire preuve de retenue dans la publication de décrets».


Un tel soutien est essentiel pour le maintien de Moise dans ses fonctions, a déclaré Nicole Phillips, professeur de droit à l'Université de Californie à Hastings et à l'Université de la Fondation Dr. Aristide (UNIFA) à Port-au-Prince.


Elle décrit l'approbation par les États-Unis de la position du président, malgré son érosion des normes démocratiques, comme une campagne à courte vue pour maintenir Haïti dans la stase à court terme "par opposition à l'élaboration de politiques à long terme qui soutiendront réellement la démocratie et la justice en Haïti."


«Les organes internationaux ne suivent pas les experts constitutionnels et les organes juridiques haïtiens dans leur interprétation», a-t-elle déclaré. "Vous avez des universitaires constitutionnels haïtiens ainsi que le CSPJ et le barreau fédéral qui font leurs interprétations et la communauté internationale s'en fiche."


Certains législateurs américains ont appelé le département d'État américain dans une lettre ouverte à "condamner les actions antidémocratiques du président Moise et à soutenir la mise en place d'un gouvernement de transition".


Sans le soutien du puissant voisin d'Haïti, les efforts pour former un gouvernement de transition n'auront que peu d'influence tant que Moise conservera le contrôle de la police et de l'armée du pays.


Edmond, l'ambassadeur, affirme qu'il n'y aurait rien de démocratique dans la nomination d'un gouvernement de transition et exhorte les observateurs nationaux et étrangers à attendre les prochaines élections générales pour sélectionner un nouveau président qui prendra ses fonctions en 2022.


"Les gouvernements de transition n'ont jamais été utiles à Haïti", a-t-il déclaré. "Il est vraiment important de renforcer le processus démocratique et de faire en sorte qu'un président démocratiquement élu soit remplacé par un autre démocratiquement élu."


Mais avec un président enhardi, aucune législature fonctionnelle et seulement une Cour suprême partielle, la question est de savoir si la démocratie fragile d'Haïti peut survivre jusque-là.


jeudi 21 janvier 2021

janvier 21, 2021

Arrestation ou séquestration de l'ex sénateur Nenel Cassy et les autres onze (11) militants du secteur démocratique populaire d'haiti?

Qui est Nenel Cassy et où a-t-il été arrêté le 21 janvier 2021?

 



Miragoâne, Haïti. -  Il a été sénateur à deux reprises dans le département des Nippes, et chef politique de l'opposition, alors il a été arrêté à Miragoâne, dans son propre département. Une telle chose pourrait-elle arriver au sénateur de l'Artibonite (Youri Latortue), d'être arrêté dans son propre département? Je crois fortement que NON et c'est impossible, Sinon, Moïse l'après Dieu aurait dû quitter le pouvoir sans délai (en moins de 24 heures).

Selon l'avocat du peuple André Michel, tout en soutenant les dernières déclarations du président de la République, le chef du parquet de Miragoâne a clairement réagi aux ordres de Jovenel Moïse, et qualifie l'arrestation de l'ancien sénateur Nenel Cassy, ​​qui a été placé en garde à vue par le chef du parquet de Miragoâne, d'arbitraire et complètement illégale.

Ainsi, pour conclure, dans une manifestation, à Miragoâne le commissaire du gouvernement, M. Jean Ernest Muscadin a procédé à l'arrestation de l'ancien sénateur Nenel et onze (11) autres militants du secteur de l'opposition démocratique populaire, en présence des militants et dirigeants de l'opposition et des autorités policières du département alors qu'il s'apprêtait à réclamer la libération de plusieurs militants arrêtés illégalement ce jour-là par le C.G Muscadin.